NORTHEN ONTARIO : VIVRE A 2H DE TORONTO



Hello chère lectrice, cher lecteur !


On débute la semaine et on finit le mois avec un article sur le Canada, un petit retour au mois de Décembre, une virée dans le nord de l'Ontario, à 2h de route de Toronto.


Que ce soit en train via Go Transit, ou bien, comme tout nord-américain qui se respecte, en voiture via la Airport Rd ou la ON-400, vous pouvez aussi opter pour le bus via Simcoe County Transit pour vous rendre dans le nord. Selon votre ville finale de destination, l'une ou l'autre des options sera plus ou moins recommandée (pour Collingwood, le train vous fait faire un détour et double le temps de trajet, tandis que pour Barrie, c'est direct, avec même deux arrêts selon où vous préférez vous rendre).


Avant de me mettre en couple avec un ontarien, je n'avais jamais entendu parlé des Blue Mountains, du Simcoe County et de toutes les villes dont nous allons parlé ci-dessous. En effet, venant de France et ayant atterri à Montréal en 2015, je n'ai pas pris de cours accéléré sur la géographie du Canada et n'ai appris que le principal : les noms des provinces et territoires, les grandes villes, les randonnées et parcs nationaux mythiques à ajouter à ma bucket-list pour préparer mes futurs road-trips, et les meilleurs spot de ski proches de chez moi à l'époque.


En bref, pour moi, l'Ontario se résumait grosso modo à Ottawa, Toronto, la région de Niagara (pour les chutes mais aussi pour le vin), et Bruce Peninsula (le parc national que je meurs d'envie de visiter et qui est encore plus au nord !). En 2017, j'ai commencé à découvrir la banlieue de Toronto, à étudier les villes alentours pour un potentiel déménagement qui n'a toujours pas eu lieu, j'ai eu vent de Barrie et des lacs Muskoka, et j'ai réalisé, en écoutant les histoires de mon beau-père, que l'Ontario, c'est immense. Plat, mais immense. Plus plat que l'Ontario, le Sasketchawan, mais je n'y ai encore jamais mis les pieds.


A Noël, après plus de deux ans loin des rivages du Canada, et a fortiori de l'Ontario, nous avons donc débarqué avec la neige à Collingwood, pour diverses raisons de maison vendue et de chalet sans isolation. Nous avons foulé le sable glacé de Wasaga Beach, rendu visite aux copains à Barrie, et presque skié dans les Blue Mountains. Attachez vos ceintures, enfoncez vos tuques sur vos oreilles, mettez vos mitaines, je vous emmène sur les rives du Lac Simcoe et de la Georgian Bay (Lac Huron).



Collingwood Cette petite ville le long de la Georgian Bay ne paye pas de mine pour une citadine comme moi. J'y trouverai presque le charme des petites villes américaines ou canadiennes, avec une grande rue commerçante principale, aux bâtiments de briques sur un ou deux étages. On y trouve des microbrasseries, des petites boutiques locales, une chocolaterie iconique, et des cafés tout mignons. Puis on découvre les prix de l'immobilier, des restaurants, des vêtements et objets de décoration, et on réalise que Collingwood, c'est le Courchevel de l'Ontario ! Et Blue Mountain Village, Courchevel 1850, la station de ski huppée. J'exagère un peu, mais pas tant. Outre cela, ça n'en reste pas moins une ville plutôt agréable, même par -20°C, avec tout ce dont on a besoin (Cineplex, Dollarama, Winners, Tim Hortons ... oups, le retour des mauvaises habitudes !).


Les incontournables de Collingwood sont donc :


- se promener le long du Georgian Trail, à travers le Harbourview Park, en passant par l'Arboretum et en poussant jusqu'au Millenium Overlook Park si l'envie vous en dit

- flâner sur Hurontario Street (entre Huron Street et Fourth Street)

- déguster des chocolats à The Candy Factory

- siroter une bonne bière sur la terrasse de Black Bellows Brewing Co.

- prendre un café à emporter au Espresso Post (je vous recommande leur spécialité, le xxx)

- taper quelques balles de golf au Cranberry Golf Course


Pour vivre comme les locaux, on se lève de bonne heure pour bien commencer la journée par un cours de Power Yoga à plus de 40°C. Et pour les fans de litothérapie, on fait un petit tour au Collingwood Rock Shop : pierres en tout genre, brutes, polies, montées en bijoux, encens, bols de cristal, clochettes, ... et un chat paresseux calé de la façon la plus improbable qui soit entre deux étagères.


D'autres idées en vrac : prendre un verre au Low Down, casser sa tirelire chez Haven, ... il faudrait que je rappelle l'un de nos profs de yoga qui nous avait donné une liste longue comme le bras de choses à faire ou à goûter dans le coin. En bref, malgré les apparences, on trouve pleins de choses à faire à Collingwood et on pourrait presque s'y voir.


Collingwood, c'est aussi une ville historique : originellement en terres iroquoises, occupées par le peuple Petun (ou Tionontati), puis désertées vers 1700, les européens y sont arrivés vers 1840 et la ville a été incorporée en 1858. Suite à cela, elle est devenue un lieu de manufacture, entre la Collingwood Shipbuilding Co. et la Smart Bros Limited (qui faisait notamment des boîtes de conserves). Pour en apprendre davantage, n'hésitez pas à visiter le Musée ou à vous balader avec le site Heritage Collingwood sur votre smartphone pour découvrir tous les secrets des bâtiments.



Blue Mountain


A 15 min en voiture du centre-ville de Collingwood, se trouve donc le Blue Mountain Village, la station de ski. On a l'impression d'être à Disneyland ou bien dans le village de Mont-Tremblant (qui donne aussi cette impression de ville de décors), c'est très mignon et très petit.


Il n'y a pas grand chose à ajouter : il y a des cafés, des restaurants, des bars, des spas, des hôtels, les remontées mécaniques, et on peut y venir aussi l'été, pour s'amuser sur le Mill Pond.


Nous n'y avons pas skié, car la météo n'était pas idéale (vent, neige-pluie verglaçante, peu de neige les jours précédents), et la station bondée (vacances obligent), pour seulement 200 mètres de dénivelé ... oui, les ontariens appellent cela une montagne.


Retrouvez toutes les informations sur le site internet de la station.



Barrie


Nos amis y ont élu domicile, et depuis nous en chantent les louanges. Force est de constater que vivre au bord d'un lac est toujours agréable, et le lac Simcoe permet toutes sortes d'activité en été : baignade, paddle, bateau à voile ... Nous y sommes passés en coup de vent à deux ou trois reprises et n'avons pas été déçus du voyage.


Les bars et restos incontournables :


- le Flying Monkeys Craft Brewery : 10/10 pour la déco, 10/10 pour l'ambiance et 10/10 pour l'originalité (et le goût) des bières ! Pour les grands indécis ou les néophytes, on peut commander une "planche" de 4 x 5 oz et ainsi goûter plusieurs bières. Si vous êtes à plusieurs et que personne n'a le Covid, vous pouvez ainsi goûter presque toutes les bières avant de vous décider sur une pinte ! Et pour la route ou votre prochaine soirée, vous pouvez aussi acheter les bières en cannette (le design des cannettes ... just wow !)

- The Farmhouse : le lieu est chouette (ce bâtiment, c'est le rêve nord-américain) et il vaut mieux réserver, surtout en période des fêtes et des party d'entreprises. Nous n'y avons pas mangé, cependant nos amis ont prévu de nous y amener la prochaine fois !

- Beertown : le nom de ce restaurant ne fait clairement pas rêver, mais pour une chaîne (uniquement en Ontario), le service était extra (limite too much ... on n'est plus habitué à autant d'enthousiasme en venant de France, il faut nous comprendre !), les plats vraiment bons et la sélection de bières plutôt chouette.


La balade idéale pour prendre l'air à tout moment de l'année est de partir de Heritage Park, puis de longer le bord du lac via le Centennial Park jusq'au Allandale Station Park. Il faudra revenir en été pour tester les plages et découvrir le reste de la ville !



Wasaga Beach


Retour sur le Lac Huron (dans la Baie Georgienne). Wasaga Beach n'est pas loin de Collingwood en voiture, et offre d'ailleurs une vue sur les Blue Mountains plutôt chouette. Si on regarde droit devant soi, ce n'est que le calme plat du Lac Huron à perte de vue. Et de bon matin, sur une plage gelée, c'est reposant. Les oiseaux volent au loin, flottent seuls ou en groupe à la surface de l'eau, en quête d'un poisson inattentif. Sous la brise glaciale, dans le froid mordant, face à cette immensité, vous êtes directement plongés dans un état méditatif. Le bleu et le rose se mêlent à l'horizon, le blanc et le beige se mêlent sous les pieds. Les miettes de coquillages se mélangent aux flocons de neige et aux grains de sable. Bref, c'est un matin d'hiver à Wasaga Beach. L'été, c'est une autre histoire, c'est blindé, c'est vibrant de cris d'enfant, c'est vivant, ce n'est pas calme et reposant. Ou peut-être à l'aube et à la tombée de la nuit, lorsque les touristes s'en sont allés vaquer à leurs occupations (coucher les enfants surexcités par exemple).


D'autre part, Wasaga Beach abrite un parc naturel où des espèces sauvages cohabitent, et offre une part d'Histoire avec notamment le Nancy Island Historic Site. En été, on peut y randonner, y faire du vélo ou encore du canoé sur la Nottawasaga River ; en hiver, on peut y faire du ski de fond ou des raquettes.


En résumé : un endroit plein de potentiel pour les fans d'outdoor.



Et voilà pour aujourd'hui. J'espère que cette escapade dans le Nord de l'Ontario, et plus particulièrement dans le Simcoe County, t'a plu et t'a donné envie d'explorer cette endroit clairement sous-estimé. Connaissais-tu déjà ce coin ? As-tu d'autres bons plans


A dans deux semaines pour de nouvelles aventures !


Xoxo