UN VENT DE NOUVEAUTÉ


Bonjour cher lecteur!

Je t'ai grandement négligé ces derniers temps, pour diverses raisons que j'ai déjà évoquées dans mon article précédent. Je sors d'une période ô combien chargée et stressante, dont je peine à me remettre (trop de fatigue accumulée). Mais les beaux jours semblent s'installer pour de bon à Montréal, ce qui rend les choses plus agréables.


Je dois te faire une confidence : les choses vont changer.


J'aime écrire, c'est indéniable, mais depuis quelques temps écrire ici devenait plus une corvée qu'un plaisir, car mes articles étaient écrits vite, mes photos n'étaient pas de belle qualité (je n'ai pas un Iphone ou autre téléphone intelligent dont le nombre de pixels rivalise avec celui d'un reflex), et, comble de l'écrivain, les sujets n'étaient plus si inspirants. En effet, il y a 3 ans, avant de partir pour ce coin du monde, j'avais commencé à écrire sur les voyages car je ne rêvais que de sauter dans un avion pour n'importe quelle destination. C'est toujours plus ou moins le cas - la maladie du voyage ne se guérit pas et j'ai récemment prévu mes voyages des 5 prochaines années (véridique!) -, cependant, avec ma sédentarité montréalaise et les périodes de vacances réservées à la France, "Cagette de Voyages" ne parcourait plus tant le monde ... Des petites excursions de fin de semaine et petites adresses de quartier, qui étaient des sujets tout à fait à propos à un moment donné, j'ai fini par me lasser. Et pourtant, j'ai une liste de petites adresses qui attendent patiemment dans mon carnet, les photos de Medellin qui dorment dans mon disque dur et d'autres articles potentiels qui n'attendent que de voir le jour. Mais voilà, cela ne m'intéresse plus. Je veux écrire autre chose. J'ai des projets d'écriture qui sommeillent depuis bien trop longtemps et que je voulais concrétiser en 2017, seulement l'année dernière a eu son lot de défis et de changements, au détriment de ces projets. En 2018, je veux les sortir de leur tiroir et me concentrer davantage sur leur réalisation.



Cela ne signifie pas la fin du blog. Cela veut simplement dire que je n'écrirai plus si régulièrement ici, que je ne me mettrais pas de pression pour essayer de publier chaque dimanche, que j'écrirai des choses différentes et que la ligne directrice de ce blog va peut-être progressivement changer. Je veux proposer un contenu de qualité, et je ne prendrai presque plus de photos avec mon téléphone pour mes articles : je veux créer quelque chose de beau. Car oui, j'aime toujours écrire ici aussi, mais je veux le faire avec mon coeur plus qu'avec ma tête. Je n'ai jamais eu la prétention de faire de mon blog mon métier (même si l'idée a pu m'effleurer), et j'ai oublié de m'amuser sur cette plateforme.


Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, et il se peut qu'un jour, mon discours diffère de celui d'aujourd'hui. On verra ce qu'il en est à ce moment là. Pour l'heure, ma décision est prise de revoir l'ordre de mes priorités et de privilégier ce qui me rend vraiment heureuse. J'ai quelques idées en tête, dont je vous ferai peut-être part, qui sait. Le choix a toujours été la chose la plus difficile pour moi car choisir, c'est renoncer. Mais, moi, je ne veux pas renoncer à quoique ce soit, je veux tout faire. Depuis toute petite, je suis comme ça : danse, cirque, patinage, gymnastique, musique, je voulais tout faire. Au plus grand désespoir de ma mère. Prépa et compétition, je pensais en être capable. Avoir mon diplôme d'ingénieur car je finis ce que j'ai commencé. Faire partie de toutes les associations possibles et imaginables car c'est cela vivre. Partir à la découverte d'un nouveau pays, écrire, travailler, retourner à l'école, faire du sport. Tout en même temps. Reprendre le patin en compétition? Les J.O. y sont certainement pour quelque chose dans cette idée - qui persiste tout de même, à suivre en septembre. Bref, le choix et moi, c'est une histoire compliquée. Peut-être parce que j'ai plus retenu le mantra "si tu veux quelque chose, donne toi les moyens d'y arriver" ... Comme je veux tout, je tente de tout faire et je néglige souvent mon sommeil pour me prouver et prouver au monde que c'est possible de tout faire et de ne pas choisir si l'on s'en donne les moyens. Seulement, il y a des moments dans la vie où le temps te rattrape et où la nature reprend ses droits : dors ma fille! Et là, j'ai l'impression d'avoir échoué car je n'ai pas pu tout faire. Je me blâme : c'est parce que je n'ai pas assez de discipline, pas assez de volonté. Parce que je m'écoute trop. Mais peut-être qu'en fait, le problème, c'est que je n'écoute pas assez mon corps qui a mal ici ou là, qui ne veut pas se réveiller, qui se gonfle d'air, qui fait des boutons et des cheveux blancs. Alors, il faut bien se résoudre à prioriser : le travail, l'école, monsieur. S'en suit une période de réflexion : pourquoi est-ce que je m'impose tout cela en fin de compte? Qui ai-je envie d'impressionner? Qu'est-ce qui me rend vraiment heureuse? Si écrire sur les derniers bars ou cafés découverts à Montréal ne m'intéressent plus, soit, personne ne m'y oblige et la Terre ne s'arrêtera pas de tourner.


Pour conclure et pour faire simple, je ne reprendrai pas les publications régulières dominicales jusqu'à nouvel ordre car j'ai envie d'autre chose.


À bientôt cher lecteur!

#2018 #réflexions #changements