top of page

CHRONIQUE LITTERAIRE : AN 2, C'EST PARTI !


livre ouvert au soleil

Bonjour à toi chère/cher bibliophile,


Alors que ma deuxième année à Bruxelles débute, on entame également celle des chroniques littéraires sur le blog ! L'été n'a pas été le plus chaud qu'on ait connu (en Belgique du moins - on avait ressorti les pulls et les bottes de pluie), mais il fut fort propice à la lecture et fit la part belle aux sagas, et notamment à une de fantasy que vous allez vite découvrir en continuant cet article.


Malgré toutes ces lectures, ma pile à lire ne cesse de s'agrandir. Les bouquins s'entassent sur l'étagère, chinés ici ou là, aux Petits Riens ou chez Yuman, ou bien tout frais de la Fnac ou de la librairie de Flagey. C'est une véritable addiction. Il faut dire aussi que certains auteurs font des sagas de plus de 10 tomes, non mais franchement, ils veulent me forcer à acheter une étagère supplémentaire ! Trêve de plaisanterie, place à la chronique litteraire.


JUIN - JUILLET



Voilà donc la saga de fantasy que j'évoquais ci-dessus. Pas moins de neuf tomes dans l'édition française (l'édition originale américaine ne compte que trois pavés). Certains auront déjà entendu le nom de cette autrice, grâce à sa saga L'Assassin Royal (13 tomes - qui attendent présentement sur mon étagère). Je suis tombée dedans tel Obélix dans la potion magique. Je m'en suis gavée, je l'ai engloutie, j'en ai rêvé, je ne l'ai pas lâchée jusqu'au point final. J'avais attrapé le tome 1 par hasard dans la section des livres de seconde main de Yuman, en me disant que ça pourrait me servir pour mon propre roman de fantasy (ma trilogie). J'étais loin d'imaginer que j'allais littéralement adorer l'univers et l'histoire, et m'accrocher aux personnages à une vitesse folle.


A travers les multiples points de vue, on suit l'histoire d'une famille de Marchands (des marins commerçants), et surtout celles de ses femmes, modernes et fortes à leur manière et en fonction de leur développement. Il y a bien quelques personnages masculins pleins d'émotions également. Géopolitique, diplomatie, commerce, pouvoir, féminisme, conventions sociales, psychologie des personnages, éléments magiques : tout est parfaitement dosé (selon moi) ce qui en fait un véritable page turner. A quand son adaptation cinématographique ?! (Il me semble que l'autrice n'a pas cédé les droits, il faudra donc encore attendre ...).


FIN JUILLET



Après "Les Aventuriers de la mer", on change radicalement de style. Il m'a fallu quelques pages d'adaptation, j'étais un peu déboussolée par l'écriture saugrenue de Pennac, puis je me suis laissée totalement happer par cette histoire loufoque. Le style libertaire et inattendu m'a charmée, et même si le contexte et ses oeuvres précédentes relatant la vie des personnages manquent à mon répertoire, j'ai beaucoup aimé cet opus et j'ai hâte de me procurer le tome 2 pour éclaircir l'enquête.


Amateurs de style anticonformiste, vous serez servis : points de vue multiples, mais aussi narrations multiples - tantôt au je, tantôt au il, tantôt Malaussène, tantôt un autre de la tribu ou encore l'écrivain. Drôle, piquant, naïf, inattendu, du monologue à l'enquête, on passe un agréable moment.



On continue dans les sagas avec le tome 3 des Sept Soeurs. La fiction historique nous emmène cette fois en Angleterre, non loin des traces de Beatrix Potter et du roi d'Angleterre Edward VII. Entre Londres et la campagne anglaise, les deux histoires (passée et présente) s'emmêlent dans des proportions qui m'ont semblées plus égales que dans les tomes précédents. Une lecture agréable et facile, pas prise de tête, parfaite pour un doux moment. Il faut que je trouve le tome 4 maintenant.


AOÛT



Recueil de quatre nouvelles (reportages) se déroulant en Afrique, Kessel nous livre ici des écrits à mi-chemin entre le reportage journalistique, le récit d'aventure autobiographique et le roman poétique. La plume de Kessel est un véritable délice. "Trois Masaï sur la plaine" révèle toute la puissance de sa poésie et de ses descriptions, tandis que "Le paradis du Kilimandjaro" est un savant mélange d'émotion, de description et d'aventure - une petite merveille qui vous happe.



D'un ennui mortel et d'une longueur sans nom. Je suis peut-être un peu dure et j'avais peut-être des attentes élevées - surtout que je pensais avoir affaire à un polar piquant (on parle d'humour sur la quatrième de couverture, mais les anglais n'ont visiblement pas le même humour que les français ...). Mais non, c'est un Zola ou un Hugo de deuxième zone, dans une Angleterre de banlieue, loin de la Swinging London, où la misère et l'addiction côtoient les mesquineries, les râgots et les drames quotidiens des comères bourgeoises qui ne savent pas quoi faire de leur temps. Une peinture peu flatteuse de cette Angleterre peu reliusante, où la psychologie des personnages trouve son origine dans leur passé et leurs traumas. On lui doit au moins ça : une mise en abîme de chacun des protagonistes, et un aspect pédagogique sur la drogue et la dépendance. Mais à la fin, les personnages n'ont pas vraiment évolué ... Ils restent tous, ou presque, plus ou moins coincés dans leurs schémas, leurs mensonges, leurs préjugés et leurs conditions sociales.



Après le précédent, ce roman policier fait office de bouffée d'air frais. Quoi qu'on en dise, les romans de Dicker sont des page turner - le suspense est bel bien présent. Ce n'est peut-être pas son meilleur roman, mais c'est toujours chouette de retrouver les personnages de Marcus Goldman et Perry Galahowood pour une nouvelle réouverture d'enquête. Quelques longueurs, quelques passages à la crédibilité douteuse (mais la réalité ne dépasse-t-elle pas la fiction ?), légèrement prévisible, mais tout de même ingénieux et un bon dénouement.


La Machoire de Caïn - Torquemada (Edward Powys Mathers)


Je m'étais dit que j'allais passer mes vacances à résoudre cette énigme ... mais en fait, non. J'ai donc lu les 100 pages dans le désordre, réussit à en relier certaines, mais je n'ai clairement pas pris le temps de mener l'enquête pour trouver les six meurtres, les six victimes et les six coupables. Il me reste jusqu'au 7 février 2024 pour espérer relever le défi ! Et vous, vous laisserez-vous tenter ?



Et voilà pour le cru de l'été 2023. Encore et toujours une sélection hétéroclite, et je peux vous assurer que cela va continuer. Et vous, qu'avez-vous lu au soleil, les doigts de pied en éventail ? Dites-moi tout, j'ai encore un peu de place sur mon étagère !


Pour les petits curieux qui me suivent sur Insta, vous avez dû apercevoir mon nouveau compte d'autrice. Depuis cet été, c'est sur celui-ci que je parle de lectures, livres et autres sujets reliés de près ou de loin à l'écriture - je ne sais plus qui a dit qu'on ne peut être auteur si on n'est pas lecteur - et si ça ne vous a pas échappé, j'ai même presenté une partie de ma PAL automnale, dans le cadre d'un challenge pour varier ses lectures. On se retrouve donc très vite ici pour le débrief' ! (en décembre quoi)


D'ici là, lisez bien et portez-vous bien !


xoxo


Commentaires


bottom of page