BARCELONE : ON S'ÉTAIT DIT RENDEZ-VOUS DANS DIX ANS !



Olà cher lecteur,


Je reprends la plume après plusieurs mois de silence radio. Ce n'est pas faute d'avoir commencer des articles qui en sont encore au stade de brouillon et attendent patiemment que je les termine pour vous dévoiler tous les charmes des petites villes françaises ... Ces articles et ces villes attendront encore un peu, car aujourd'hui, après près de deux ans bloquée sur le territoire français, je reviens tout juste de cinq jours à Barcelone !


Avant de me lancer dans mon récit, j'espère que tu vas bien et que le moral est bon. De mon côté, j'ai été fort occupée, entre ma collaboration bénévole avec French Expat Le Podcast, mes différentes formations, mon job temps plein, d'autres side projects, et la vie, tout simplement ... En tout cas, le retour des beaux jours et la levée des restrictions donnent un vent d'air nouveau fort apprécié !



Après deux-trois tentatives avortées, nous voici enfin partis pour explorer l'Europe ! Alors oui, entre deux confinements, les voyages à l'étranger avaient été autorisés selon certaines conditions, mais entre les histoires de papiers à renouveler, nos passeports de deux continents différents, et notre organisation de dernière minute, nous n'avions pas pris le risque l'été dernier, ni à Noël. Cette fois, nous avons pris le taureau par les cornes, ou plutôt un petit coton tige dans le nez, et nous étions parés, direction Barcelone !


Une première fois pour Monsieur, et un retour après près de dix ans pour moi. C'était intéressant de redécouvrir cette ville catalane, de réaliser ce qui a changé ou non, de retrouver une amie de longue date et de baigner dans un environnement multiculturel le temps de notre escapade.


Que voyager m'avait manqué. Que découvrir m'avait manqué. Que parler anglais avec des gens du monde entier m'avait manqué.


Le constat est en effet sans équivoque : à l'instar de Genève ou de Montréal, Barcelone est multiculturelle, un véritable melting pot, on entend toutes les langues imaginables à tous les coins de rue, et on rencontre facilement des expat' de tout horizon. On aime cela et c'est ce qui nous manque à Lyon, en France. Peut-être que nous avons mal cherché, notre arrivée n'ayant pas bénéficié du meilleur des timings pour se faire un réseau, mais gosh, on a passé le week-end avec une amie polonaise rencontrée en Erasmus à Turin, qui nous a présenté ses amis originaires de Norvège, Ukraine, Angleterre, Andorre, Espagne, France, Inde, Italie ... Bref, au-delà de sortir de France et de (re)découvrir une ville européenne, cette évasion m'a redonné un aperçu de ce qu'est l'expatriation, la vraie - car l' "inpatriation" est une "expatriation" taboue - et m'a plongée dans une ambiance à "L'auberge espagnole" que j'aime tant.



Les attractions majeures de Barcelone sont toujours les mêmes : les chefs d'oeuvre de Gaudi, le marché de la Boqueria, la Rambla, le port, la plage de la Barceloneta, le Parc de la Ciutadella, Montjuïc, ... J'en parlais déjà il y a quelques années ici, suite à un élan de nostalgie. Certains lieux touristiques sont devenus payants, comme le Parc Guell, les prix ont bien entendu augmenté (la Casa Batlo est passé de 18 à 35 € en moins de 10 ans), mais dans l'ensemble la ville est restée à son image, peut-être même un peu plus propre qu'avant !


D'un point de vue touristique, nous avons visité :


- le Parc Guell, en passant par l'entrée principale (car la site internet ne voulait pas fonctionner avec nos cartes de crédit françaises) ;

- la Pedrera (la Casa Mila), avec audioguide - toujours une merveille.



Et nous avons marché :


- dans le Parc de la Ciutadella, puis jusqu'à la plage de la Barceloneta pour la longer jusqu'au vieux-port ;

- du vieux-port de Barcelone à la Plaça Catalunya, en empruntant donc la Rambla ;

- jusqu'en en haut de Montjuïc, de la Plaça d'Espanya au Poble Sec, en passant par le Stade Olympique ;

- autour de la Sagrada Familia ;

- dans le Barri Gotic, en passant par la Plaça Reial, devant la Catedral de Barcelona et El Museu de la Xocolata


Nous avons également monté et descendu le Passeig de Gracia pour admirer les bâtiments (et atteindre la Pedrera à l'heure de notre visite).



Les petits plus de ce voyage étaient donc les restos et bars où Patrycja nous a traînés (ou bien ceux trouvés au hasard) :


- La bodega del Milanes pour boire un vermouth comme si on était en Italie autour d'un fût ;

- La Terraza de Vivi, tout en haut du Kimpton Vividora Hotel, pour un brunch avec vue (et mimosa à volonté) ;

- Le restaurant 1881 Terraza de las Indianas, tout en haut du Museu d'Historia de Catalunya, pour un petit verre avec vue sur le port et la Barceloneta ;

- Senor Pina (Terraza Gotico), pour un mojito et des gyosas sur une terrasse cachée avec des amis et des serveurs sympas ;

- Baluard Barceloneta, pour un petit déjeuner délicieux et dans un cadre chouette ;

- Surf House Barcelona, pour un poké bowl ou un burger with a beachy vibe (ils ont même de la Ginger Beer !) ;

- la Carrer de Blai dans le Poble Sec, la rue des bars à tapas !


En ce moment, les bars et restaurants de Barcelone sont ouverts jusqu'à 11h, en terrasse comme en salle.



Et le petit moins, mais impératif en ces temps un peu bizarres : l'obligation de faire un test PCR avant de monter dans le train qui nous ramènera dans l'Hexagone ! En effet, il faut un test de moins de 72h à l'aller comme au retour ... sauf qu'au retour, il faut débourser la modique somme de ... 120 € (par personne) !


Le tarif du test PCR dans un laboratoire privé en Espagne n'est soumis à aucune régulation, de ce fait, le prix est au bon vouloir du laboratoire. On peut cependant en trouver à 70€ sur rendez-vous. Mais c'est le casse-tête chinois pour obtenir un rendez-vous, il faut faire une demande en ligne, mais ils ne peuvent pas vous appeler pour confirmer le rendez-vous car vous n'avez pas de numéro de téléphone espagnol, donc vous discutez par Whatsapp ... Bref, si en plus vous êtes dernière minute comme moi, car vous préférez visiter la ville le nez au vent que de passer trois heures sur internet à faire des comparatifs, vous risquez de vous retrouver sans rendez-vous ! Et potentiellement, soit dans l'obligation de rallonger votre séjour, soit de descendre du train à Perpignan encadré par la police française et catalane.


Pour éviter toute mésaventure, et si vous aussi ça vous ennuie de prendre un rendez-vous via Whatsapp grâce à Google Translate, je vous suggère de sacrifier 120€ et d'aller au Laboratoire Echevarne, qui est sans rendez-vous : arrivez à l'heure d'ouverture ou avant pour ne pas perdre toute votre journée et être sûr de repartir avec un test PCR. Les résultats sont transmis le soir-même (attention, fermé le dimanche !). Vous n'aurez besoin que de votre passeport, votre carte de crédit et votre téléphone.


Plus d'informations si vous aimez les comparatifs et faire vos propres recherches ici. Ou bien, partez moins de 72h !


P.S. : un ami m'a rappelé une information pertinente et positive que j'ai oublié de retranscrire initialement, mais pour les français en possession de droits à la sécurité sociale, vous pouvez vous faire rembourser une partie des frais de votre test PCR à l'étranger, à hauteur de 50 € !



Pour le logement, nous avons cette fois-ci opté pour AirBnB, et après quelques recherches, jeté notre dévolu sur une chambre Plaça de Sant Miquel, dans le Barri Gotic, en plein centre.



Et voilà pour notre escapade ensoleillé. Quel bonheur ! J'ai hâte à la prochaine !


Je vous embrasse bien fort. Prenez soin de vous, et à bientôt pour de nouvelles aventures !

xoxo