RETOUR SUR MON PREMIER SEMI-MARATHON : LES 25 ANS DU ROCK'N'ROLL SEMI-MARATHON DE MONTRÉAL (


Des coureurs déguisés que j'avais croisés !

En Septembre 2015, il y a presqu'un an maintenant - ça file tellement vite ! -, j'avais participé un peu par hasard à mon tout premier semi-marathon !


C'était un défi auquel j'avais songé participer, sachant que j'étais capable de courir 10 km sans trop de difficulté, mais que j'avais finalement abandonné car totalement hors-budget. Puis en fin de compte, une amie m'a donné sa place car elle ne pouvait pas y participer, et m'a permis de relever un défi de plus ! Je lui en serai éternellement reconnaissante de m'avoir donné la chance de pouvoir courir sous son nom et de vivre cette expérience !


Avant de vous parler plus en détail de la course en elle-même, je vais revenir sur ma toute première expérience de course officielle : le 10km "We own the night" organisé par Nike à Milan en 2013.


J'avais débarqué seule à Milan pour 3 mois de stage - sans connaître personne et à peine 3 mots de vocabulaire dans la langue de Dante - et un jour j'avais vu passer l'annonce de cette course organisée dans Milan. Je ne savais pas trop si je devais oser m'inscrire et courir, ou bien laisser passer cette occasion car j'allais courir seule et que ce n'était pas drôle. J'avais posté un statut sur Facebook en me posant la question, et il n'a pas fallu 3 commentaires positifs pour me faire sauter le pas et me permettre de m'inscrire moins d'une semaine avant la course ! Je savais que j'étais sportive (en tant que membre de l'équipe de handball et capitaine des pompoms girls de mon école, adepte de footings occasionnels et ancienne patineuse et ancienne danseuse - sans oublier tous les sports que j'ai pratiqué 1 an ou 2 en parallèle du patinage artistique) mais je ne savais pas du tout si j'étais capable de courir une telle distance et encore moins en combien de temps. J'espérais juste pouvoir venir à bout de ces 10km à travers Milan.


J'ai un peu paniqué lorsque j'ai vu que Nike proposait tout un programme d'entrainement que je n'avais absolument pas suivi, sachant que je n'avais pas couru depuis au moins 1 mois ... Mais voir tous ces t-shirts orange fluo prendre le départ dans la joie et la bonne humeur dans le Parco Sempione a fait s'envoler tous mes doutes ! Je vivais cette expérience ! J'ai découvert la ville italienne sous un angle nouveau et je suis même passée par des endroits que je n'ai pas revus dans les 2 mois qui ont suivi ! Certains passages ont été un peu plus durs - surtout après chaque petite montée - mais je suis venue à bout de mes premiers 10 km en course officielle en 58 minutes et 7 secondes, pas trop épuisée, finissant ainsi 1147 sur 3042 ! Après cela, j'ai couru tout l'été, avec une furieuse envie de reprendre un jour le départ d'une course officielle !



Ma deuxième course officielle : un 12 km dans les Cévennes.


Je n'avais pas beaucoup dormi la nuit d'avant, mais j'avais voulu relever le défi avec la capitaine de mon équipe de hand, et j'avais fini cette course qui s'était avérée assez dure avec les alternances de bitume et de sentier, ainsi que les dénivelés - je suis assez mauvaise en montée ... - en 1h04, en Décembre 2013 !



Ma troisième course officielle : le semi-marathon de Montréal.


Comment je m'y suis préparée sans vraiment y penser...


J'avais repéré dès Juillet 2015 qu'il y allait avoir un marathon à Montréal en Septembre, avec la possibilité de faire 5 km, 10 km, 21,1 km (semi-marathon) ou bien 42,2 km (marathon). Je savais que je pouvais faire 10 km sans aucun souci, car en dehors d'une quelconque course officielle, c'est une distance que je parcours régulièrement (dans les périodes où je suis active sportivement ! je vous avoue qu'il y a eu un peu de laisser aller depuis quelques mois - même si je marchais presque 5h par jour de porte en porte ... - mais j'ai un regain de motivation et je vais tonifier à nouveau tout ça !), je n'avais donc pas assez de challenge, mais j'hésitais tout de même à m'inscrire pour le semi-marathon car 21,1 km ce n'est pas rien, et je n'avais jamais couru plus de 12 km. D'autant plus que question budget, ce n'était pas négligeable ...


Je suis donc allée courir régulièrement de Juillet à Septembre au Parc Lafontaine et au Parc du Mont-Royal, variant un peu les parcours entre 5 et 12 km. Le mardi précédant le jour de la course, je me souviens que j'avais été très énervée par quelque chose et que j'avais absolument besoin d'expulser tout ce que j'avais sur le coeur, les épaules, l'estomac ... Bref j'avais besoin de passer mes nerfs dans l'effort physique - qui est vital pour moi, mais que bizarrement j'oublie très facilement ... J'avais donc chaussé mes baskets et étais partie au Mont-Royal - ce qui fait plus de 10 km en aller-retour depuis chez moi - mais ce n'était pas suffisant, j'avais encore des pensées négatives à exorciser, et j'avais continué jusqu'au Parc Lafontaine. Après un tour du Parc Lafontaine, je me souviens que j'avais encore envie de courir mais comme cela faisait déjà un certain temps que j'étais partie sans téléphone et que je n'avais pas non plus envie de passer toute ma soirée à courir, j'avais fini par rentrer. Finalement, j'avais couru sans grande difficulté 14 km en 1h30. À partir de ce moment là, j'ai su que je pouvais relever le défi de courir un semi-marathon.


Je pense que deux ou trois jours à peine avant la course, j'ai su que j'y participais. Je n'ai pas annulé ma grosse soirée du vendredi soir ni ma sortie kayak au Parc de la Mauricie du samedi. Et le dimanche, j'étais prête à prendre le départ vers 9h.


Le jour J : la course en elle-même !


Le plus stressant pour moi a été de savoir comment doser mon petit déjeuner car il ne fallait pas trop manger pour ne pas être ballonnée mais en même temps avoir suffisamment d'énergie pour ne pas tomber en hypoglycémie au bout de 2km. J'ai eu également peur qu'il fasse trop chaud - je supporte assez mal la chaleur - et que les ravitaillements d'eau soient trop éloignés les uns des autres. Mais finalement, une fois que j'ai pris le départ qui commençait par une descente du Pont Jacques Cartier sur l'Île Sainte-Hélène, où il a été facile de prendre une bonne foulée et mon rythme de course, je me suis sentie plus sereine. Je comptais les kilomètres pour me dire que je les grignotais petit à petit et que chaque pas me rapprochait un peu plus de la ligne d'arrivée. Je souriais aux gens qui nous encourageaient et aux musiciens qui jouaient de la musique à certains endroits - ce n'est pas le Rock'n'Roll Marathon pour rien !


J'ai commencé à ressentir de la fatigue vers le 14 ème kilomètre, à la fin du tour de l'Île Sainte-Hélène : je commençais à avoir un peu mal au genou, à force de courir sur du bitume. Puis le 16ème kilomètre s'est fait uniquement au mental : c'était la montée de la Place Jacques Cartier dans le Vieux-Montréal, et je savais que si je lâchais à ce moment-là, je ne finirai pas la course ! J'ai donc fait cette montée en courant sur la pointe des pieds et heureusement qu'il y avait un ravitaillement d'eau juste en haut de la côte ! Ensuite, j'ai un peu ralenti pour reprendre mon souffle et retrouver une bonne foulée, et attaquer les montées suivantes avec le même mental. Des amis étaient venus m'encourager ainsi que d'autres amis qui participaient également à la course - nous étions ensemble au départ mais nous nous sommes vite perdus dans la foule ! - et ça faisait vraiment plaisir ! Ça donne des ailes de voir quelqu'un que vous connaissez vous encourager !!


La course s'est finie au coeur du Parc Lafontaine, après un petit sprint - je suis mauvaise au sprint, donc c'était juste une accélération ! - et l'arrêt a été trop brusque ! J'ai cru que j'allais vomir à devoir m'arrêter de courir d'un coup et devoir marcher jusqu'au dernier ravitaillement avant d'entrée dans la zone de fête. Verdict : 1h57 ! Je ne sais pas quel a été mon classement mais j'avais réussi mon objectif : finir le semi-marathon en 2h maximum !


J'ai adoré courir ce semi-marathon, et je voudrais en faire d'autres et pourquoi pas tenter un marathon ! Avec un ami, nous avons décidé d'attendre la semaine avant la course pour éventuellement nous inscrire, car si les places ne sont pas remplies, ils casseront peut-être les prix (à l'heure actuelle, c'est 112 $ pour participer au semi et 127 $ pour le marathon - cela ne fait qu'augmenter !). Mais pour une raison que je vous dévoilerai sous peu, je ne pourrais peut-être tout simplement pas y participer !


En tout cas, je sais qu'un jour, je courrai un marathon, et des trails !


Sur la ligne d'arrivée !

#montréal #canada #semimarathon #course